Le message d’approche parfait n’existe pas

Table des matières

Si vous êtes recruteur tech, vous passez sans doute énormément de temps à écrire à de parfaits inconnus. Sourcer, c’est initier un dialogue avec des gens qui ne vous connaissent pas, qui sont bien souvent en poste et qui ne vous ont rien demandé. Et vous devez leur donner envie d’en savoir plus et de s’intéresser à l’entreprise et au poste pour lequel vous recrutez. Pas simple n’est-ce pas?

Le message d’approche, j’en parle énormément pendant mes formations. La question qui revient le plus souvent est « c’est quoi le meilleur message d’approche? » C’est un exercice qui paraît souvent difficile, notamment quand on débute, et qui est réputé « chronophage ». Quand on parle de compétences rédactionnelles pour un recruteur, on pense immédiatement à l’annonce mais dans certains secteurs (par exemple l’IT), il faudra surtout savoir écrire un bon message d’approche.

Pour moi, le message d’approche parfait n’existe pas. Il y a évidemment des pratiques à éviter mais il n’existe pas de recette universelle qui marcherait à tous les coups avec tout le monde (sinon ce serait beaucoup plus facile de recruter…) Je vous en parle dans cet article 👇

1/ C’est quoi un message d’approche?

Le message d’approche c’est le premier contact avec un candidat potentiel. Et c’est ce dernier mot qui est le plus important: vous écrivez à quelqu’un qui n’est pas (encore) candidat. Vous le contactez certainement parce que vous avez vu son parcours et ses compétences sur LinkedIn (ou ailleurs) mais pour lui, vous êtes un inconnu. C’est à mon sens le plus gros problème de beaucoup de messages d’approche: les recruteurs se comportent comme s’ils étaient en terrain conquis. Je le redis mais LinkedIn n’est pas une CVthèque.

Votre message d’approche doit donc lui permettre de comprendre en quelques lignes:

👉 Qui vous êtes

👉 Pourquoi vous lui écrivez à lui

👉 Pourquoi il devrait avoir envie de vous répondre

Le but d’un message d’approche, c’est d’obtenir une réponse, peu importe qu’elle soit positive ou négative (on préfère évidemment la première option 😉). Un message d’approche va permettre de créer un lien et ce lien peut s’inscrire dans la durée. Si votre message d’approche plaît à celui qui le reçoit et qu’il n’est pas intéressé à l’instant T, il aura malgré tout envie de vous recontacter le moment venu, parce que vous aurez créé un lien.

Un message d’approche c’est aussi le reflet votre image et celle de votre entreprise. Si vous envoyez des messages qui ressemblent à des spams, vous n’allez certainement pas laisser une image positive à ceux qui les reçoivent, au contraire. Et n’oubliez pas que « le monde est un village »: les gens se parlent, partagent des infos et également des messages. Vos messages d’approche construisent aussi votre réputation, bonne ou mauvaise.

A bon entendeur, salut

2/ Ce qu’il faut éviter pour réussir son message d’approche

Il n’y a pas de message parfait mais il y a évidemment des messages qui sont très mauvais. Il suffit de lire les témoignages sur LinkedIn de personnes qui partagent les messages « ratés » qu’elles ont reçus…

Pour moi, il y a un TOP 3 des pratiques à bannir quand on écrit un message d’approche:

👉 Envoyer un message sans regarder vraiment le profil

Mais pourquoi vous faites ça??? Je sais que c’est compliqué quand on a des objectifs de « volume » à tenir (j’ai travaillé dans une entreprise où je devais contacter 150 personnes par semaine 🙄) . Et je sais aussi qu’on tombe parfois sur des profils LinkedIn qui contiennent très peu d’infos ou qui sont carrément vides. Mais ce n’est pas la majorité. Quand on y pense 2 minutes, ça n’a aucun sens d’envoyer un message qui n’est pas un minimum ciblé. C’est dévalorisant pour la personne qui le reçoit et vous passez pour quelqu’un qui ne fait pas son job correctement…Et surtout, vous ne donnez pas envie de répondre (ou alors la réponse risque de ne pas être très sympa!)

J’ai la même réaction quand je reçois offres de développeur JAVA…

👉 Envoyer un message automatique raté

Automatiser ses messages, créer des templates, utiliser des outils pour gagner du temps…pourquoi pas. Mais à condition de le faire correctement! Je lis beaucoup de commentaires de candidats et non-candidats qui reçoivent des messages avec le mauvais prénom (ça m’est arrivé personnellement) ou dans lesquels les champs à compléter ne sont justement pas complétés…C’est le meilleur moyen de donner l’impression que vous êtes un robot. Et les gens ont en général envie d’échanger avec des êtres humains, pas des robots. Il y a déjà tellement de légendes urbaines sur le fait que les CV sont lus par des machines, ce n’est peut-être pas la peine d’en rajouter une couche…

Raté, moi je m’appelle Hélène…
S’il a fait ça pour chaque message, il a perdu son temps…

👉 Exigez un CV et un lettre de motivation

Je ne savais même pas que des recruteurs faisaient encore ça 😱 Et pourtant, ça existe encore et je pense que c’est encore plus fréquent que je ne l’imaginais. Pour rappel: la plupart du temps vous écrivez à quelqu’un qui ne vous a rien demandé. C’est vous qui le contactez, c’est vous qui avez quelque chose à proposer. Pourquoi est-ce que ce serait à lui de vous envoyer toutes ces infos après un seul premier contact? J’appelle ça « le syndrome du sauveur ». Vous imaginez que la personne attendait désespérément votre message pour dégainer son CV et vous envoyer sa candidature alors qu’elle est probablement en poste et qu’elle n’est même pas en recherche active. Et votre message d’approche donne l’impression que vous lui faites une fleur en le contactant pour lui proposer « une super opportunité chez un acteur leader de son marché ». Quand je reçois ce genre de message, je ne prends même plus la peine de répondre. Par contre, ça me laisse une image hyper négative de l’entreprise (et éventuellement du recruteur…)

Oui, ceci est un vrai message d’approche, reçu par un ami sur LinkedIn en 2020

Ce top 3 est personnel mais il repose quand même sur pas mal d’échanges et d’observations. Il y a certainement d’autres choses à éviter dans un message d’approche mais pour moi, ces 3 là sont clairement rédhibitoires.

3/ Tester, essayer, apprendre (le TEA time ☕)

Comme l’indique le titre de cet article, il n’y a pas de message parfait. On apprend en faisant. Le meilleur moyen d’écrire des messages d’approche qui fonctionnent c’est de tester, de voir ce qui marche, de s’adapter et ensuite de recommencer 😉

Pendant 7 ans en tant que recruteuse, j’ai testé plein de messages différents et j’ai connu des échecs retentissants! J’en ai tiré quelques conseils qui pour moi relèvent, comme toujours, du bon sens:

Prenez le temps: il vaut mieux contacter 10 personnes en soignant bien votre message que de contacter 100 personnes avec le même message (1 fois mille personne etc…vous avez la ref?)

La personnalisation n’est pas juste un mot à la mode: regardez bien toutes les infos dont vous disposez et faites-y référence dans votre message. Parlez du parcours, d’une compétence précise, de la société dans laquelle travaille le profil que vous contactez…Vous pouvez aussi faire référence à sa formation/ école, un centre d’intérêt, son texte de présentation. Tout ce qui montre que vous ne lui écrivez pas par hasard. Mais n’en faites pas trop non plus, l’objectif n’est pas de passer pour un psychopathe, simplement de montrer votre intérêt. Tout est une question d’équilibre.

✅ Ne faites pas un blabla interminable sur votre entreprise: ce n’est pas le moment! Et surtout, ce n’est pas ce qui intéresse la personne à qui vous écrivez. Si vous voulez vraiment attirer l’attention sur votre entreprise, mettez un lien vers le site web, les gens sont assez grands pour se renseigner tout seul. C’est encore pire quand vous écrivez « leader sur son marché » pour parler de votre entreprise ou de votre client 🙄

Relisez-vous! Je sais que ça paraît évident, mais ça ne l’est pas. On imagine qu’on va gagner du temps mais c’est comme ça qu’on laisse des coquilles qui peuvent vous décrédibiliser. La relecture vous évitera de vous tromper de prénom, de confondre 2 technos (ça aussi ça peut être catastrophique), de laisser des fautes qui donneront l’impression que vous n’êtes pas pro…

Trouvez votre propre ton et adaptez-vous: humour, ton décalé ou plus classique, vouvoiement/ tutoiement (j’ai une préférence pour le premier), texte court ou plus long…TESTEZ et restez vous-même. Ce qui fonctionne pour certains ne marchera pas avec vous et dépend aussi des personnes à qui vous écrivez. Je n’écris pas forcément de la même manière à un jeune diplômé et à un candidat plus expérimenté. J’ai bien aimé ce post d’Alex Bousserssoub sur LinkedIn:

N’hésitez pas à vous abonner à son #LMDR (Le Meme Du Recruteur)

Progressez grâce aux autres: les autres recruteurs et les candidats avec qui vous échangez sont une source précieuse d’informations. Parlez avec eux, écoutez ce qu’ils disent, regardez ce qu’ils font, ce qu’ils aiment. Et testez (oui encore). C’est le meilleur moyen de progresser. Je vous conseille d’aller lire tous les commentaires sous ce post de Louise Bonnefond. C’est une vraie mine d’or:

Beaucoup de techs ont commenté ce post, il y a plein d’infos intéressantes

Conclusion

Ne cherchez pas à écrire LE message d’approche parfait. Vous aurez parfois l’impression d’avoir écrit un truc super mais auquel personne ne répondra. Et à l’inverse, il arrivera d’envoyer un message qui vous semble très moyen mais qui vous permettra d’avoir des retours…Le mieux est souvent l’ennemi du bien alors ne cherchez pas à faire compliqué. Rappelez-vous simplement que vous êtes un humain qui écrit à un autre humain.

Si vous êtes recruteur IT et que vous avez parfois l’impression que les candidats parlent une langue étrangère, j’ai créé un lexique qui vous fera gagner du temps. Des définition simples, en français et validé par des professionnels de la tech. Vous pouvez vous le procurer ICI.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Découvrir plus d'articles...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *